Mon chat aime la manifestation du 06 novembre 2013

illustration_personnage_veterinaire

C’est certain, cette manifestation marquera un tournant pour les vétérinaires. Jamais, nous n’avions vu un mouvement d’un telle ampleur en 40 ans: environ 8000 vétérinaires, étudiants vétos et assistantes vétos ont manifesté leur mécontentement le 06 novembre. Il le fallait.

Mobilisation!

Les vétérinaires ont subi une attaque grave de leur diplôme et de leurs prérogatives. Comme vous pourrez le lire dans le précédent article, il était possible que nous ne puissions plus délivrer certains médicaments, avec toutes les conséquences que cela aurait pu avoir sur la rapidité de mise en œuvre des soins ou sur les finances de nos clients. La journée sans vétérinaire du 06 a permis de sensibiliser nos clients sur ce risque et de montrer à nos gouvernants notre capacité de mobilisation. Nous sommes 16000 vétos inscrits à l’Ordre des vétérinaires, 8000 personnes étaient présentes lors de la manifestation!!

Pourquoi une révolte d’une telle ampleur?

Nous étions accusés par un certain nombre d’ « autorités » d’être à l’origine d’antibiorésistance chez l’être humain -alors qu’au passage, ces antibiotiques avaient reçu des autorisations pour que nous puissions les prescrire. Depuis plusieurs années, notre profession travaillait pourtant avec les différents gouvernements afin de réduire l’usage des antibiotiques, avec les résultats au RDV. Tout d’un coup, nous apprenons que notre ministre de la santé, sans concertation, a décidé le « découplage » (vente des médicaments véto par les pharmaciens). Nous avons participé à la lutte contre l’antibiorésistance et nous sommes brutalement désavoués! Cela passe très mal.

Sur la voie d’un accord?

Les ministres de la santé et de l’agriculture semblent nous avoir écoutés. Il se sont engagés à ne pas avoir recours au découplage entre la prescription et la délivrance, y compris lors des futurs débats parlementaires. Nous restons vigilants et nous attendons le vote de la loi. En conclusion, alors que nous étions ouverts au dialogue, que nous nous investissions pour l’antibiorésistance et que nous obtenions des résultats, nous avons été dupés. Les arguments politiques semblent donc les seuls maintenant qui aient du poids. Les arguments scientifiques sont dépassés. Dommage.

Les actualités de la clinique

Abonnez-vous par email.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner aux actualités et aux conseils de Mon chat et moi et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.